Projet (FR)

Les activités de FSP pour la Région de l’Afrique de l’Ouest sont centrées autour de deux points d’intérêt particulier pour la Communauté Economique Des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO)[1] et USAID.

1. Apporter un appui au Secteur Agricole de la CEDEAO, par IFPRI et MSU.

En appui aux activités du Secteur Commun Agricole de la CEDEAO, MSU a preparé trois documents de synthèse sur l’évaluation de la situation régionale sur les regulations concernant les intrants, les semences et les pesticides. IFPRI est aussi en train de conduire des consultations régionales pour appuyer les évaluations du Secteur Commun au Cap Vert, en Guinée, Sierra Leone, Niger, et Libéria, et travaille à la validation de l’Atlas Electronique (eAtlas) en Côte d’Ivoire, Niger, Nigéria, Sénégal et Togo.

2. Mise en place régionale inégale des régulations sur l’emploi des pesticides.

En réponse aux préoccupations exprimées par le Commissaire pour l’Agriculture de la CEDEAO, Monsieur Marc Atouga, à l’USAID/Afrique de l’Ouest concernant les differences entre pays dans la mise en place de régulations regionales sur l’emploi de pesticides, MSU, avec des partenaires locaux de la Région, conduit une série d’études de cas sur ce sujet. Les premiers résultats viennent de l’étude sur le Mali. 

Dès 1992, le Comité permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS) a mis en place des régulations régionales sur l’emploi des pesticides parmi ses neufs pays membres originels. Ces premiers efforts ont inspiré, motivé et servi de modèle pour étendre la mise en place de regulations sur l’emploi des pesticides aux zones costales humides de la CEDEAO.

Des enquêtes de terrain visant à identifier les facteurs clés qui favorisent et contraignent la mise en place nationale de régulations régionales, sont en cours en Gambie, au Sénégal, Mali, Guinée, Ghana et Nigéria. En plus de ces études de cas dans ces pays, l’équipe produit des brèves de synthèse qui mettent en avant les conclusions de ces recherches et font des recommandations pratiques pour des mises en place plus rapides et plus efficaces de régulations régionales sur les intrants, par les pays membres de la CEDEAO.

''

[1] La CEDEAO comprend 15 pays membres de la Région Ouest Africaine: Bénin, Burkina Faso, Cap Vert, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée Bissau, Libéria, Mali, Niger, Nigéria, Sénégal, Sierra Leoné et Togo. Ces pays ont des liens à la fois culturels et géopolitiques et partagent des intérêts économiques.